Open Access
Issue
Nat. Sci. Soc.
Volume 28, Number 1, Janvier/Mars 2020
Page(s) 81 - 96
Section Repères − Events & books
DOI https://doi.org/10.1051/nss/2020014
Published online 30 June 2020

Deux lectures d’un même ouvrage
L’histoire de l’Inra, entre science et politique

Pierre Cornu, Egizio Valceschini, Odile Maeght Bournay
Quæ, 2018, 463 p.

The institutional seeds of the Institut national de la recherche agronomique (Inra) were sown during the Hot Springs conference in Virginia USA in 1943. Hot Springs was for agriculture what Bretton Woods was for post-World War Two economics —that is— the establishment and strengthening of national and international organisations devoted to feeding the post-war population. The history records that in the 1940s the average calorific intake per person in France was 1200 kcal per day, about half of that needed for good health.

There are essentially two ways to write a history of an organisation, such as Inra; one is to present a simple descriptive chronology of events; the other is to interweave the chronology with the important social and political paradigms that have set the directional milestones for the institution. This history is a stunningly well-organised example of the latter approach. The overriding themes of the history of Inra have been its responsiveness to the social and political issues of the seven decades of its existence, the quality and commitment of its science and scientists, its commitment to public science and its ability to maintain quality relationships and funding from governments from both left and right of the French political spectrum.

This book tells the story of Inra from 1946 to about 2012 and is an excellent, comprehensive, solid and extremely well written ‘histoire’. This excellence is a reflection of the quality of the tri-partite writing team of two historians and a socio-economist with an interest and expertise in mostly, but not exclusively, French agriculture. The book is full of photographs, maps and diagrams to illustrate the story of Inra; notable is the number of pictures containing images of mostly men of the highest political ranks in France, illustrating the importance that the French political class attached to Inra and to research as a whole.

I detected five sequential paradigm shifts in Inra’s history: the immediate post-war urgency to increase food production in the face of European famine, agricultural research in a world of liberal economics; the emergence of food research as opposed to simple production agriculture followed by the links between agriculture and environment. Finally there are the global challenges to food security from global heating and climate change and the emergence of agroecology. These are very well described to give the impression of an organisation that is not static but, at the same time, changes at a pace appropriate for science and maintains its values —a point made by Inra’s current President, Philippe Mauguin in the preface to the book.

Thus the history of Inra contrasts the situation for French food security post-World War Two compared with the pre-war situation. It reflects how Inra made the transition from technology driven by the need to feed an increasing and demographically young population to a research driven by an ageing population and the rise of concerns for the wider environment in relation to agriculture. Inra has maintained many of the Mertonian principles of science and generally resisted the practice in other European countries, such as the United Kingdom (at least until January 31 2020), of scientists being seen as consultants employed on short-term contracts to solve the problems of the food industry. Inra is described as having avoided good scientists wasting their time on endless project proposals.

One of the most useful reflections emanating from such a comprehensive biography contrasts the Inra of 1946 with that of 2018. The final chapter returns Inra to its immediate post-war situation and contrasts it with the ‘INRA-world’ of today. More could have been made of this comparison, particularly the changing importance of food production vis-à-vis its consumption as determinants of people’s health. A future paradigm might revisit the earlier importance of food saving, reduced food waste and food quality. Inra has moved from an era of food need and fear from shortage to an era of fear, ill health and greed from over-consumption.

The current circa 450 pages is clearly written and written clearly for a French audience of current and former Inra researchers, socio-political and economic scientists and historians of science and culture in France. For an international audience there is too much detailed chronology of ‘who did what?’ and ‘when?’ to be of much interest in the actual ‘dramatis personae’ in the Inra story. However, it is certainly the case that an abridged and probably English version of the History of Inra would be of great international interest and serve as a lesson for wise persons of many other lands of how to cultivate agricultural science given its importance in providing one of the basic needs of humans —that is the provision of food. Perhaps even a ‘graphic novel’ picture version or a ‘video history’ could be of interest for the French public. Viewed through my Anglo-Saxon eyes, the French idealistic approach in the book, in which ideas and background are entered into deeply contrasts favourably with the empirical and pragmatic tone that would emanate from Scandinavian and Anglo-Saxon authors of such a volume. The lesson from Inra and France is that the most effective and probably the most economical way to insure and ensure the provision of nutritious food is via the long-term commitment of public science to agriculture. One wonders what the history of the next 70 years of Inra will bring —but food security, once thought of as ‘job done’ will continue to echo the Malthusian warning in the combination of global heating and a global population of nine-to-ten billion people. The conclusion is that this volume by Cornu, Valceschini and Maeght-Bournay is a highly engaging, erudite, interesting and reflective account of how to feed a population, written in an elegant and fascinating style. The authors deserve the highest congratulations.

John Roy Porter
(Professor emeritus, Department of Plant and Environmental Sciences,
University of Copenhagen, Denmark)

jrp@plen.ku.dk

***

L’Institut national de la recherche agronomique fêtant ses soixante-dix ans, le besoin s’est fait sentir de reprendre l’histoire de cet organisme qui comporte aujourd’hui près de 10 000 agents (ingénieurs, techniciens et chercheurs) répartis sur le territoire métropolitain et outre-mer. Il n’y avait guère eu de publication depuis le livre pionnier de Jean Cranney, INRA, 50 ans d’un organisme de recherche, publié en 1996. Le présent ouvrage veut s’interroger sur l’interaction entre agriculture, industrie, société et politique de 1946 à 2012. Il est très bien documenté : les archives de l’Inra étant lacunaires, dispersées et pas complètement inventoriées, elles ont été complétées par les témoignages oraux collectés par la mission Archorales1. De nombreuses photos des protagonistes et de publications illustrent le texte avec des encarts donnant des citations d’ouvrages et des témoignages. Le texte de 458 pages néanmoins très dense est enrichi d’un index des noms cités et d’une brève bibliographie qui complète les références données en notes. Il est organisé en trois parties qui suivent la chronologie autour des césures de 1969 et 1990.

Au lendemain de la guerre, en France comme ailleurs dans le monde, la question des subsistances est lancinante. La conférence de Hot Springs, dès juin 1943, adopte une position anti-malthusienne et appelle à un interventionnisme étatique fort pour soutenir le transfert dans le secteur agricole et alimentaire des principes scientifiques du progrès économique. La FAO (Food and Agriculture Organization) naît en 1945. C’est dans ce contexte que l’Inra voit le jour le 19 mai 1946. Il a pour mission l’organisation, l’exécution et la publication de tous les travaux de recherche portant sur l’amélioration et le développement de la production animale et végétale, et sur la conservation et la transformation des produits agricoles. Il fait suite à l’Institut des recherches agronomiques créé en 1921, essentiellement tourné vers l’expertise, qui avait cherché à améliorer la fertilité des sols mais avait souffert de la réduction des crédits dans les années 1930. Une question n’est pas élucidée dans l’ouvrage, celle de la raison de la fondation d’un tel institut en 1921 et de nouveau en 1946 alors qu’existait déjà l’Institut national agronomique (Ina), qui selon la loi de 1876 devait être composé à la fois d’une école des hautes études de l’agriculture et d’un grand établissement de recherche et d’expérimentation. Lors de la réorganisation de la recherche en 1945, l’agronomie, qui associe études théoriques et pratiques, pose un problème de statut. L’Ina est le « point névralgique du conflit » car le CNRS n’entend pas être dessaisi d’une parcelle de la recherche théorique. À qui doit être attribuée la recherche appliquée ? Pourquoi le gouvernement préfère-t-il dissocier enseignement et recherche en agronomie ? Raison politique, sociale ? Ce conflit Ina/CNRS est évoqué trop brièvement (p. 53) pour que le lecteur comprenne bien tous les enjeux de la recomposition de la recherche agronomique et la création de l’Inra.

Au fil des chapitres, on voit bien se succéder trois générations : celle de Raymond Février et des fondateurs qui ont pour tâche de moderniser les campagnes par l’innovation et la rationalisation agricole, puis la génération dominée par Jacques Poly où s’introduit le doute éthique sur le modèle de production et où l’institut se tourne vers les biotechnologies ; la nouvelle génération, enfin, qui depuis la réforme de 1998 menée par Paul Vialle a été « élevée dans les exigences de la compétition scientifique interindividuelle et dans les promesses incertaines de la gouvernance bioéconomique du monde » (p. 455).

Au temps du « volontarisme gaullien », la première génération des fondateurs de l’Inra bénéfice de la place de choix accordée à la recherche scientifique et technique. Edgard Pisani l’associe, avec le Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA), à son élan modernisateur des campagnes. Progressivement, l’Inra élargit son champ d’action aux sciences économiques en 1955, à la sociologie en 1961, puis aux études vétérinaires, forestières et hydrobiologiques en 1964. En même temps, il se déconcentre en créant de nombreux laboratoires (21 centres de recherche en 1982) et il s’ouvre à la coopération internationale. À partir de 1955 il acquiert plus d’autonomie face à l’État.

Les années 1946 à 1968 sont celles où la recherche, soutenue par le pouvoir et bien dotée financièrement, est tendue vers une politique ambitieuse d’agriculture productive dans le cadre de la construction de la politique agricole commune (PAC). Mais le vent tourne en 1967 lorsque Sicco Mansholt, homme politique néerlandais et commissaire européen chargé de l’agriculture, préconise la réduction du nombre des exploitations : les questions socioéconomiques prévalent alors sur les questions scientifiques. L’Inra doit se réorganiser et identifier de nouveaux défis.

La deuxième période, de 1969 à 1989, est celle de la mue libérale des sociétés industrielles. L’Inra connaît des années difficiles car il a du mal à s’orienter vers la recherche sous contrat qui, ailleurs, prend de l’ampleur. Il doit adopter « la langue du management de l’innovation ». Son centre de gravité bascule de la production alimentaire vers les industries de transformation et la prise en compte des attentes et des droits des consommateurs. Il travaille à rationaliser l’élevage en plein essor. La chimie, qui a structuré la recherche depuis les années 1840, suscite maintenant des inquiétudes. Aussi l’Inra s’intéresse-t-il à la toxicologie, à la lutte contre les pollutions. Les chercheurs, qui se rendent compte que les régions restées à l’écart du modèle productiviste des années 1960 ont de grands atouts (polyvalence et valorisation des produits), contribuent au développement des appellations d’origine contrôlée (AOC). Ils s’intéressent aussi à l’exploitation agricole vue comme un système : un département Systèmes agraires et développement est créé qui prend en compte la dimension régionale. En même temps, la biotechnologie est imposée par Jacques Poly comme nouvel « horizon politique de la recherche ». Durant le mandat de président-directeur général de ce dernier (1978 à 1988), l’Inra connaît une double restructuration, scientifique et institutionnelle, qui génère des hostilités et des conflits de pouvoir ; de plus, il est obligé de sortir du pré carré national (p. 288) dans lequel il s’est enfermé dans les années 1960. L’institut connaît une période faste après la victoire socialiste en 1981 qui relance l’association du volontarisme d’État avec la recherche publique et l’industrie.

La dernière période, de 1990 à 2012, est marquée par de nouvelles remises en cause liées aux bouleversements géopolitiques et aux trop grands succès de l’agriculture productiviste ainsi que par la critique de la science dictant leur conduite aux gens. Cette idée est battue en brèche par une sensibilité sociale aux émotions collectives, surtout en période de crises sanitaires (vache folle…). C’est pourquoi le président Guy Paillotin veut établir un nouveau contrat social qui renforcerait le dialogue avec la société et, en interne, avec les régions.

L’Inra doit aussi s’adapter pour affronter la recherche collective par projet. Or jusqu’ici, les directeurs scientifiques ont piloté leur secteur sans tenir compte de la ligne générale fixée pour l’institution. Ces directions sont qualifiées de citadelles internes, de féodalités. Le directeur général Paul Vialle redéfinit les principes et les méthodes d’évaluation individuelle et collective des chercheurs, et favorise les thématiques transversales. Cette réforme aboutit en 1998 : les directions sont remodelées, non par disciplines mais par grands domaines d’action. À la direction de la recherche en agriculture s’ajoutent celles sur l’alimentation et l’environnement. L’Inra s’interroge aussi sur la pertinence sociale, environnementale et nutritionnelle de l’industrialisation de l’alimentation. Dès 1997, l’État appliquant le principe de précaution, les travaux sur les OGM (organismes génétiquement modifiés) sont abandonnés à cause des controverses et un comité d’éthique est créé en 1998.

Avec la fin de la présidence de Bertrand Hervieu (1999-2003) « s’achève en effet une phase durant laquelle les outils qualitatifs et critiques des sciences sociales, à la fois l’analyse sociologique et politique, mais également les approches psychologiques et cognitives, ont accompagné la maïeutique des biosciences dans leur adaptation au nouveau siècle » (p. 402).

Enfin, les années Marion Guillou (2004-2012) où sont réunifiées les fonctions de président et de directeur général sont celles de la bonne intégration dans la recherche européenne et dans le système national, réformé, grâce à une anticipation des projets. Le consortium Agreenium créé en 2009 renforce l’unité de la recherche et de l’enseignement supérieur agronomique, au moment où, dans les régions, des universités pluridisciplinaires et plurithématiques sont formées par regroupement (les pôles de recherche et d’enseignement supérieur [PRES], puis les communautés d’universités et établissements [COMUE]).

L’ouvrage est donc une mine d’informations : il fourmille de données et contient de nombreux encarts qui documentent des points précis. Si la première partie est simple à suivre, le lecteur a plus de mal à faire la synthèse des deux parties suivantes où se succèdent les réformes et leur cortège de conflits. Pour chaque période, les analyses sont éclatées en chapitres qui déplacent la focale, entraînant redites ou allusions.

Évidemment, cela peut être inhérent au sujet tel que les auteurs l’ont défini : une histoire de l’Inra « entre science et politique », et donc des relations de l’institut avec la tutelle de l’État, et en même temps une histoire des interactions agronomie et société. Les alternances gouvernementales qui se multiplient après 1980 rendent le travail de l’historien plus difficile. Les auteurs ont toujours très bien brossé le contexte politique, économique et scientifique qui permet de comprendre l’évolution scientifique de l’institut et des orientations de ses projets de recherche. Pour le lecteur qui ne connaît pas l’Inra, c’est donc une belle approche de l’évolution de la recherche agronomique ainsi que de l’attitude de la société et de l’État face à l’agriculture depuis 1946.

Nadine Vivier
(Académie d’agriculture de France, Paris, France)
nadine.vivier@univ-lemans.fr

Reprendre la terre. Agriculture et critique sociale

Éric Doidy, Matthieu Gateau (Eds)
Kaïros, 2019, 329 p.

Cet ouvrage collectif a été dirigé par Éric Doidy et Matthieu Gateau, sociologues, respectivement chargé de recherches dans l’UMR1041 CESAER (INRA-AgroSup Dijon) et maître de conférences à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté. Il est en partie le produit du colloque Nouvelles formes d’agriculture : pratiques ordinaires, débats publics et critique sociale (MSH, Dijon, 2013). Il est composé de 15 chapitres, d’une postface rédigée par Philippe Corcuff et d’une bibliographie (36 p.). Les contributeurs autres que les directeurs de l’ouvrage ne sont pas présentés, mais on peut penser qu’il s’agit de sociologues (majoritairement) et de géographes (minoritairement) travaillant dans des institutions françaises.

Dans le chapitre introductif, E. Doidy et M. Gateau constatent le foisonnement contemporain d’initiatives multiformes, par divers acteurs de terrain, dans le domaine agricole et alimentaire. Beaucoup de ces initiatives sont porteuses d’une contestation de l’ordre économique, social et politique établi. Dans ce contexte, ils affirment que le rôle des chercheurs en sciences sociales est double. Il est d’analyser comment ces initiatives se constituent et fonctionnent : quels acteurs ? quels discours ? quels actes ? quelles manières d’être au monde ? Il est aussi de comprendre le sens politique de ces initiatives en s’attachant à distinguer et à articuler ce qui relève de la critique sociale, d’une part, et ce qui procède de propositions morales et politiques pour construire un autre monde. Selon eux, ce travail d’élucidation politique est d’autant plus nécessaire et urgent que les tenants de l’extrême droite tentent de consolider et d’élargir leurs rangs en jouant sur la confusion des discours, en se saisissant d’idées et de mots-clés bien présents dans les registres des porteurs d’initiatives alternatives. Or, au-delà de ces mots, les projets politiques des uns et des autres sont très divergents : schématiquement, ils tendent soit vers un idéal d’émancipation généralisée, fondé sur l’idée d’une « commune humanité », soit au contraire vers l’instauration d’un ordre moral accompagné de catégorisations parmi les humains, d’assignations à des identités naturalisées porteuses d’exclusions. E. Doidy et M. Gateau interrogent aussi la possibilité d’une recherche en sciences sociales engagée pour promouvoir les mouvements émancipateurs.

Les questions posées sont donc particulièrement pertinentes et importantes, surtout dans le contexte actuel. Mais, elles ne font l’objet d’aucune élaboration théorique. Ce rôle échoit à la postface rédigée par P. Corcuff, qui s’intitule « Défis actuels pour les sciences sociales : critique, pragmatisme et émancipation en contexte d’extrême droitisation » et s’appuie sur son livre Où est passée la critique sociale ?2 publié en 2012. De fait, cette postface est très peu reliée au reste de l’ouvrage. P. Corcuff affirme qu’aujourd’hui « la critique relève davantage des sciences sociales et l’émancipation de la philosophie politique » (p. 278). Il souligne aussi la polarisation, en France, des travaux sociologiques : d’un côté, un pôle critique centré sur la domination, de l’autre côté, un pôle compréhensif-pragmatique qui fait droit aux capacités des acteurs et des groupes. Puis, en reprenant l’analyse de Jacques Rancière, il fait ressortir une autre opposition : alors que les philosophies de l’émancipation reposent sur le postulat que les opprimés sont capables d’analyser leur situation et d’entreprendre des actions pour la faire évoluer dans un sens qui leur paraît souhaitable, la sociologie critique, en revanche, en particulier celle inspirée par Pierre Bourdieu, considère les opprimés comme mis en incapacité par les structures de domination. Cela conduit P. Corcuff à plaider pour des démarches qui combinent les deux approches sociologiques mentionnées avec une philosophie de l’émancipation3. Cette analyse donne la mesure de la difficulté de la tâche annoncée par E. Doidy et M. Gateau dans leur chapitre introductif. P. Corcuff défend une recherche engagée contre l’extrême droite et pour l’émancipation.

La contribution de Yuna Chiffoleau et Dominique Paturel aborde cette question de l’engagement des chercheurs en s’appuyant sur deux cas de recherche-intervention. Elles distinguent recherche militante et recherche engagée : dans le premier cas, « les chercheurs interviennent dans le débat public et agissent avec leurs partenaires au nom de valeurs qu’ils défendent » (p. 189) ; dans le second cas, inspirés par une démarche de care, les chercheurs s’impliquent dans des projets collectifs et contribuent à rendre explicite leur sens politique.

Plusieurs chapitres s’attachent à présenter des initiatives agricoles ou alimentaires contemporaines comme des arènes, et à en faire émerger des éléments de critique sociale ainsi que des aspirations. C’est le cas de la contribution de Y. Chiffoleau et D. Paturel, qui analysent le cas d’un marché de plein vent dans la commune de Grabels (près de Montpellier) avec des méthodes issues de la sociologie économique et des réseaux, ainsi que le cas de l’approvisionnement local en produits frais des Restos du cœur de l’Hérault avec une approche par le care. Les auteures montrent comment la participation à ces deux circuits courts, qui ne sont pas revendiqués comme critiques au départ, fait émerger chez leurs acteurs de nouvelles manières de penser, non seulement leurs pratiques individuelles quotidiennes mais, plus largement, les questions sociopolitiques liées à l’agriculture et à l’alimentation. Il s’ensuit des actions collectives en faveur de la durabilité sociale. Ces conclusions convergent avec celles d’Aurélie Dumain qui étudie le cas du collectif lyonnais RACCOURCI (Relocaliser l’agriculture par court-circuit). Ce collectif a entrepris de distinguer les initiatives qui constituent de véritables critiques en actes du productivisme et du capitalisme et celles qui ne sont que des faux-semblants. Travail difficile car il a impliqué que des groupes d’acteurs différents trouvent un accord sur la qualification des paniers véritablement alternatifs. L’auteure attire l’attention sur le rôle crucial des médiateurs, qui procèdent à un travail de traduction entre les univers de sens des différents types d’acteurs : ce rôle est le plus souvent rempli par les salariés des collectifs, ce qui entraîne un risque de professionnalisation du militantisme et de participation réduite des « consomm’acteurs ». Une telle évolution est constatée aussi par Elsa Pibou, qui étudie le cas de Terre de Liens en France. Cette structure associative est ouvertement militante depuis sa création, elle défend une agriculture paysanne soucieuse de l’environnement et écoulant ses produits préférentiellement en circuits courts. Elle achète des terres agricoles puis les loue à de petits agriculteurs selon les termes d’un bail rural et environnemental contraignant. Selon l’auteure, ce type d’action n’est pas dépourvu de tensions avec les fermiers locataires des terres, notamment parce que ceux-ci ne sont pas, ou peu, représentés dans les instances décisionnaires. Ainsi, dans le cas de cette organisation, sous couvert de promotion de l’agriculture paysanne, un invariant persiste : « La classe paysanne ne parle pas, elle est parlée4 », ce qui limite fortement sa portée critique. Danièle Laplace-Treyture et Hélène Douence, avec un point de vue de géographie sociale critique, examinent les relations entre critique sociale et organisation de l’espace dans les jardins collectifs portés par différentes associations dans un quartier de Pau. Elles interrogent en particulier le caractère démocratique du fonctionnement des jardins et montrent comment ceux-ci interviennent dans la réflexion entreprise par les instances urbaines en faveur d’une ville plus durable et plus juste.

Les autres chapitres s’éloignent à divers titres de l’analyse d’initiatives agricoles et alimentaires locales contemporaines. Les contributions sont donc variées. On peut regretter cependant que la perspective d’ensemble soit très franco-centrée. Toutes les études de cas sauf une (celle de Julien Noël qui fait référence aux pêcheurs de l’est de Madagascar) sont situées en France. Bien sûr, cela n’est pas un problème en soi. Mais la bibliographie est elle aussi essentiellement constituée d’auteurs français. Or, les questions posées par les coordinateurs font l’objet de recherches et de débats dans plusieurs revues internationales qui sont à peine évoqués, voire ignorés ici. Prenons l’exemple des débats relatifs à l’agroécologie transformative, une agroécologie politique critique qui vise la transformation du système alimentaire actuel et, au-delà, la transformation des relations entre les humains d’une part, entre les humains et leur environnement d’autre part. Ces débats sont tout à la fois critiques et porteurs d’une ambition émancipatrice : quelles sont les origines de la crise multiforme qui affecte les mondes agricoles aujourd’hui ? en particulier, quel est le rôle des firmes d’approvisionnement en intrants et de transformation des produits, des politiques publiques et des accords internationaux ? quels sont les processus sociaux qui favorisent l’émergence d’initiatives agroécologiques locales par des communautés multi-acteurs auto-organisées, visant l’usage durable des ressources naturelles ainsi que la qualité de vie individuelle et collective ? comment ces processus peuvent-ils s’étendre de manière horizontale à d’autres localités et communautés (scaling out) ? comment peuvent-ils influencer de manière verticale les institutions, jusqu’à celles qui gouvernent les politiques et les marchés (scaling up) ? comment articuler les initiatives promues par les mouvements sociaux avec les politiques nationales et internationales ? qu’est-ce que le populisme agraire ? comment distinguer populisme d’extrême droite et populisme émancipateur, combattre le premier et promouvoir le second ? comment combiner différents types de savoirs produits par différents acteurs ? qu’est-ce qu’une posture de chercheur engagé ? Toutes ces questions fondamentales sont débattues dans des revues telles que The Journal of Peasant Studies, Journal of Agrarian Change, Agroecology and Sustainable Food Systems, Sustainability, entre autres. Ces débats ont lieu aussi dans la littérature relative aux « nouvelles ruralités », qui a émergé en Amérique latine dans les années 1990, en particulier dans les publications traitant des approches communautaires de ces nouvelles ruralités. Ils ont lieu également dans la littérature portant sur les mouvements agraires, locaux, nationaux et transnationaux qui se sont multipliés depuis les années 1990. Certes, la diversité de ces mouvements rend compliquée l’élaboration d’un projet politique alternatif de grande envergure, largement fédérateur, alliant la réflexion et l’action. Cela étant, beaucoup d’entre eux sont anticapitalistes et porteurs d’une ambition de justice sociale, intra- et intergénérationnelle. En s’appuyant sur les corpus de l’agroécologie politique et de la souveraineté alimentaire, ils élaborent des convergences, entre eux et avec d’autres forces sociales, en vue de construire un autre système agricole et alimentaire, écologiquement et socialement durable. Dès lors, si les cas étudiés dans ce livre conduisent les coordinateurs à conclure qu’« il s’agit moins de transformer le monde en prenant le contrôle d’institutions que de changer notre rapport au monde en agissant sur le quotidien » (p. 271), il n’en demeure pas moins que des formes d’engagement collectif et de combat politique « au sens traditionnel » existent bel et bien dans les mondes agricoles aujourd’hui.

On peut regretter aussi que les pistes de travail proposées par P. Corcuff dans son livre publié en 2012 n’aient pas été plus explorées dans l’ouvrage dont il est question ici, publié en 2019. Il reste que les questions posées par les coordinateurs de cet ouvrage sont cruciales et que plusieurs contributions les éclairent de manière vraiment intéressante.

Laurence Roudart
(Université libre de Bruxelles, département des Sciences sociales
et des sciences du travail, Bruxelles, Belgique)

Laurence.Roudart@ulb.ac.be

Systèmes agraires et changement climatique au Sud. Les chemins de l’adaptation

Hubert Cochet, Olivier Ducourtieux, Nadège Garambois (Eds)
Quæ, 2018, 269 p.

Trois enseignants de l’Unité de formation et de recherche (UFR) « Agriculture comparée et développement agricole » d’AgroParisTech ont encadré seize étudiantes et étudiants de master 2 qui ont réalisé 6 mois durant des enquêtes de terrain dans 12 régions en zone sahélo-soudanienne, en Afrique australe et en Asie du Sud-Est. Enquêtes portant sur l’évolution des systèmes agraires face au changement climatique surtout et, plus généralement, face à tout changement global. L’idée maîtresse est que toute politique d’adaptation des exploitations agricoles doit lutter contre les inégalités d’accès aux ressources.

Les trois enseignants-chercheurs présentent en introduction les enjeux et le cadre d’analyse, et se réservent les deux derniers chapitres pour tirer des conclusions générales. Entre les deux, six chapitres portent sur les études de cas, signées chacune par un des enseignants et les étudiants ayant réalisé les enquêtes. Une même approche des pratiques, reliées aux rapports sociaux au sein des systèmes agraires donne à l’ouvrage toute sa cohérence. Les trois coordonnateurs soulignent, en introduction, qu’un des intérêts d’étudier l’adaptation au changement climatique dans certains pays du Sud est que ce n’est pas une nouveauté pour les agriculteurs âgés des régions sahélo-soudaniennes qui ont connu au début des années 1970 des sécheresses très prolongées. L’intérêt porté aux expériences passées va permettre de distinguer les adaptations faites pas à pas par les agriculteurs eux-mêmes de celles planifiées par des acteurs extérieurs au monde rural (pouvoirs publics ou entreprises privées). Les étudiantes et étudiants sont partis sur le terrain avec moult recommandations de méthodes pour échantillonner une cinquantaine d’unités de production choisies pour leur diversité, y mener des enquêtes de type ethnographique, étudier les fonctionnements techniques et les résultats technico-économiques de ces systèmes de production et retracer leurs trajectoires d’évolution.

Les douze régions étudiées ont été choisies avec le souci d’explorer des contextes géographiques et des degrés d’exposition contrastés au changement climatique et aux aléas ; au sein de chacun d’eux le choix a été fait d’étudier les inégales possibilités d’adaptation d’un producteur à l’autre.

Deux chapitres sont consacrés aux agricultures pluviales. Le premier porte sur le bassin arachidier sénégalais avec deux terrains : l’un au Nord dans la région de Louga, l’autre au centre dans celle de Bambey. Dans les deux, les agriculteurs ont été soumis à un double choc dans les années 1970-1980 : une sécheresse aiguë et un changement radical de politique. Du Nord plus sec au Sud plus arrosé, avant la période de péjoration pluviométrique, juste après l’indépendance du Sénégal en 1960, l’État développe un programme agricole consistant à favoriser l’équipement des agriculteurs qui se mettent en coopérative et s’engagent à régler leur dette en 5 ans. Ainsi se trouvent différenciés les agriculteurs bien équipés, ayant, de plus, accès aux engrais et semences, de ceux qui en restent au strict outillage manuel. Mais voilà qu’interviennent une sécheresse, de la fin des années 1960 jusque vers les années 2000, accompagnée de forts aléas, et un arrêt des crédits et subventions de l’État, suivis d’une chute des prix de l’arachide. Changements auxquels il faut s’adapter. Les agriculteurs le font en modifiant les assolements (moins d’arachide, plus de haricot niébé et de mil pour l’autoconsommation), en utilisant des variétés à cycle court (au Sud des variétés cultivées jusqu’à présent au Nord, au Nord de nouvelles variétés sélectionnées par la recherche agronomique), en faisant des cultures d’association mil niébé, pour compenser le manque d’engrais azotés… La vaine pâture est abandonnée, l’élevage sédentarisé utilise les résidus de culture de celui qui cultive la terre. Le Faidherbia albida, arbre de la famille des légumineuses qui enrichit le sol en azote, voit sa place se réduire dans le parc arboré au profit d’autres arbres plus fourragers, surtout dans le Nord. La tendance est à l’augmentation des inégalités. Les familles les plus aisées peuvent envoyer un ou plusieurs des leurs en Europe dont elles attendent un retour. Puis, grâce aux équipements ainsi achetés, elles peuvent semer l’arachide en quelques jours après les premières pluies et, par leur trésorerie, acheter engrais et semences non subventionnés.

Sur les plateaux d’Afrique orientale et centrale (Zambie et Tanzanie), les agricultures pluviales, traitées dans le chapitre 2, se pratiquent dans des contextes climatiques et politiques différents. La quantité de pluie est relativement élevée (900 à 1 100 mm). L’évolution du climat se traduit par le raccourcissement de la saison pluvieuse qui est, d’ores et déjà, très marqué avec une très grande variabilité de la date d’arrivée des premières pluies. En Zambie comme en Tanzanie, une politique de développement agricole accompagnée de l’application d’un paquet technique standardisé et de subvention aux engrais pour cultiver le maïs a été imposée aux agriculteurs puis abandonnée à la fin des années 1980. De plus, en Tanzanie, les agriculteurs ont été obligés de quitter leurs maisons et de se regrouper en villages. Ce chapitre montre l’inadéquation des politiques au comportement adaptatif des agriculteurs. Ces derniers, en combinant la culture de plusieurs espèces et l’usage de plusieurs terroirs, ont su mettre au point des systèmes de culture anti-risques tout en permettant d’étaler le travail. Sans doute la politique du « tout maïs » a-t-elle pu être profitable lorsque, grâce à des aides aux intrants, elle a permis aux agriculteurs d’y avoir accès et de les utiliser même sur d’autres espèces. Mais en les incitant à développer la monoculture du maïs elle s’est avérée inadaptée à l’évolution du climat qui accentue le retard des premières pluies. Par ailleurs, en Tanzanie, la politique de « villagisation » s’est révélée totalement contre-adaptative en entravant l’utilisation agricole de terroirs aux aptitudes culturales complémentaires que permettait l’habitat dispersé. Voilà deux bons exemples d’inadaptation de politiques de développement agricole.

Trois chapitres sont ensuite consacrés à la riziculture en zone inondable : dans le sud de la Tanzanie, le long du Mékong (du Cambodge au Vietnam) et dans le delta du fleuve Sénégal. Trois contextes bien différents.

La vallée inondable du fleuve Rufiji et de ses affluents, en Tanzanie, fait l’objet du chapitre 3. Le régime pluviométrique, celui des crues et la morphologie de la région en amont de la vallée du Kilombero diffèrent de ceux de la basse vallée du Rufiji. Sans entrer dans des détails, disons que dans les deux situations l’aléa climatique (pluies et crues) est très élevé, qu’il a tendance à s’accroître, et la petite saison des pluies à se raccourcir, tandis que la grande diversité des terrains constitue une opportunité pour s’adapter aux aléas. C’est donc, dans cette région à faible niveau d’aménagement, une bonne occasion de voir comment les agriculteurs ont su s’adapter au double aléa (des pluies et des crues), tout particulièrement dans la basse vallée. Partout les agriculteurs le font par une succession maïs riz dont les cycles parfois se chevauchent dans la région d’aval et par la mise en valeur plutôt successive que synchrone des différents terroirs au cours de l’année. La différenciation entre exploitations se fait plus par la mise en culture d’une diversité de terroirs que par l’accès à des équipements. Ce chapitre est aussi l’occasion de souligner le développement de grandes entreprises capitalistes. Dans la basse vallée, un projet existe déjà d’une exploitation rizicole de 8000 ha qui priverait les agriculteurs d’une ressource vitale. Et le développement de grandes concessions est plus avancé encore, en amont, dans la vallée du Kilombero. Dans ces exploitations sont pratiquées des conduites techniques intensives et plus aléatoires que celles des agriculteurs familiaux qui cherchent à limiter les risques et à avoir un revenu suffisant pour faire vivre la famille et investir éventuellement.

Le chapitre suivant nous conduit le long du Mékong, du Cambodge au Vietnam. La tendance générale du climat et de son évolution probable est à peu près la même dans les deux cas : accroissement des précipitations et donc des crues, avec une variabilité interannuelle accrue. À cette évolution s’ajoutent, pour le delta du Mékong, les conséquences de la montée de la mer dont la vitesse, actuellement de 3 mm/an, pourrait s’accélérer.

Au Cambodge, la région étudiée se situe au sud du lac Tonlé Sap. Très plane et soumise à des inondations, elle est vouée à la culture du riz. Mais le microrelief de quelques mètres, associé au cycle aléatoire des crues, crée une diversité d’écosystèmes que les paysans savent mettre à profit par une grande variété de systèmes de culture à base de riz. C’est ainsi, parfois avec l’apport d’activités extra-agricoles (dont la migration), que les agriculteurs s’adaptent aux aléas. Mais tous n’ont pas eu accès à la diversité des terrains et, par suite, à la possibilité de se constituer un petit capital. Dans cette région qui a connu le régime des Khmers rouges puis l’occupant vietnamien, seules les familles qui ont le mieux traversé les vicissitudes de l’histoire ont pu le faire.

La situation est tout autre dans le delta du Mékong où, depuis la Seconde Guerre mondiale, la situation tant technique que sociale a fortement évolué. Pendant toute la période de la guerre d’Indochine (1945-1954), la gestion de l’eau est sommaire et la différenciation sociale forte, la majorité de la surface étant cultivée par de très petits exploitants louant leur terre à des propriétaires absentéistes. À cette époque, les rendements en riz sont très faibles (2 t/ha/an). Pendant la guerre du Vietnam (1954-1975), le gouvernement du Vietnam du Sud entame une timide réforme agraire et subventionne variétés à cycle court, intrants et motopompes. Cependant, c’est au moment de la réunification du pays en 1975 qu’est initiée une nouvelle réforme agraire et que sont construites des digues, en chantiers collectifs, permettant une meilleure maîtrise de l’eau. Deux cycles annuels de culture de riz peuvent alors se généraliser, allant parfois jusqu’à trois. Aussi la production de riz explose-t-elle, tout en permettant aux vergers et aux petits élevages de gagner sur les rizières. Mais aujourd’hui la subsidence du delta sous le poids des sédiments, la transgression marine et le risque accru d’inondation sous l’effet du changement climatique rendent cette prospérité fragile.

Le chapitre 5 nous ramène en Afrique occidentale, sur le delta du Sénégal, dans la zone sahélienne, plus sèche encore que le nord du bassin arachidier. Dans la première moitié du XXe siècle y sont pratiquées, pendant l’hivernage, des cultures pluviales (mil, haricot niébé, arachide, pastèque) à faible rendement et des cultures de décrue (manioc, maïs, patate douce et maraîchage). Des troupeaux pâturent les savanes en période de pluies, puis, les récoltes une fois faites, les résidus de cultures. Cette agriculture, tant bien que mal adaptée au climat sahélien, atteint ses limites lorsque, de 1968 à 1992, la pluviométrie moyenne annuelle chute jusqu’à 250 mm. Cependant, dès avant l’indépendance en 1960, l’État sénégalais aménage de grands périmètres rizicoles sous l’égide d’une société d’aménagement. Mais ce n’est qu’à partir de la fin des années 1980 que l’agriculture du delta se trouve complètement bouleversée par la construction sur le fleuve de deux barrages : celui d’aval en 1986 pour éviter les remontées d’eau salée, celui d’amont, deux ans plus tard, pour réguler les crues. La riziculture (inondée et irriguée) et le maraîchage irrigué permettent ainsi aux agriculteurs de s’adapter à la profonde sécheresse. Jusque dans les années 1980 les organismes publics ont une maîtrise totale de la répartition du foncier et de l’écoulement des produits ; ils subventionnent les intrants, donnent accès au crédit, gèrent l’irrigation et suivent de près la conduite des cultures de riz. Mais, soumis dès 1981 au plan d’ajustement structurel, l’État se désengage, même des aménagements. Au cours des années 1990, l’extension des surfaces rizicoles irriguées qui accroît l’autonomie du pays en riz est due à des aménagements privés. Partout la maîtrise de l’eau a augmenté la capacité d’adaptation des exploitations familiales qui ajoutent le maraîchage à la culture du riz. Mais, par une course au foncier, les inégalités s’accroissent au sein des exploitations familiales et entre ces dernières et des exploitations patronales de fonctionnaires retraités, de nationaux absentéistes et d’investisseurs étrangers. Pour l’État, cette évolution va dans le sens de l’autosuffisance alimentaire, mais elle risque de se faire au détriment de beaucoup de producteurs du delta et d’augmenter le chômage.

Dans le chapitre 6, la région des monts Uluguru en Tanzanie complète le tableau des situations étudiées. La pente et les processus érosifs y aggravent les conditions de production, mais l’étagement d’écosystèmes permet de diversifier les systèmes de culture et l’adaptation à des changements globaux. La région étudiée se situe sur le versant ouest des monts Uluguru, bien arrosé en altitude. Les versants raides sont entièrement cultivés par une population très dense (250 à 350 habitants / km2). Le changement global le plus important a été la densification démographique de cette montagne au cours du XXe siècle qui s’est accompagnée d’une intensification des systèmes de culture. Aux techniques d’abatis-brûlis, puis de défriche-brûlis ont succédé des systèmes de culture continue avec du labour aménageant les parcelles de façon à maîtriser l’érosion et de l’irrigation. L’agriculture, maintenant continue, reste toujours manuelle. Les systèmes de culture sont étagés. L’irrigation a permis de développer le maraîchage dont le débouché est assez accessible. Ce sont donc les accès à des écosystèmes diversifiés, à l’irrigation, aux intrants et au marché qui donnent de la résilience à ces exploitations paysannes de petite taille. Mais c’est aussi la différenciation entre les possibilités d’accès à ces ressources qui creuse le fossé entre familles, d’autant qu’avec l’essor des cultures de rente augmente la pression foncière. Les familles les plus démunies en sont réduites à vendre leurs forces de travail aux autres, qui en ont besoin pour les cultures maraîchères.

À l’issue des 6 chapitres, les auteurs principaux reprennent ensemble la plume pour rédiger les deux derniers. Le premier propose une synthèse des pratiques paysannes d’adaptation aux changements, climatique entre autres. Il s’agit là des adaptations réalisées pas à pas par les agriculteurs et non de celles imprimées par les pouvoirs publics, objets du chapitre suivant. Les pratiques sont variées puisqu’adaptées aux différents contextes géographiques où, sous l’effet du changement climatique, les composantes des écosystèmes se combinent différemment, mais aussi où les organisations sociales et les politiques agraires modifient les opportunités. Des traits généraux cependant se dégagent : la culture d’un plus grand nombre d’espèces et de variétés (en association éventuellement, afin d’adapter les cycles culturaux au changement du climat et de diversifier les systèmes de culture pour faire face aux aléas qui s’accentuent), l’utilisation complémentaire de terroirs variés, la mise en valeur de bas-fonds et, quand c’est possible, la petite irrigation pour faire des cultures de contre-saison, la recherche de nouvelles relations entre culture et élevage… autant d’innovations qui réduisent la vulnérabilité. On le voit, elles dépendent de l’accès à de nouvelles ressources qui, inégalement réparties, accentuent les disparités d’adaptation entre exploitations. Ces inégalités sur l’accès au foncier, au premier chef, mais aussi à l’eau, aux intrants, au crédit, au marché, à d’autres activités... sont cumulatives. Et maintenant se développent des exploitations patronales qui concurrencent les exploitations familiales dans l’accès aux ressources. Partant de ces analyses, comment imaginer des politiques qui favoriseraient l’adaptation de l’agriculture au changement climatique et plus généralement à des changements globaux ? C’est l’objet du dernier chapitre.

Les auteurs commencent par aborder les propositions des organisations internationales et tout particulièrement celle faite, en 2013, par la FAO sous le nom d’agriculture intelligente face au climat (climate-smart agriculture) qui affiche trois finalités : accroître la production, s’adapter au changement climatique et l’atténuer. Bien qu’utilisant des vocables comme agroécologie, gestion conservatoire, agroforesterie, cette climate-smart-agriculture mobilise des modèles de culture, qui, s’appuyant sur des modèles climatiques du Giec, permettent d’imaginer des paquets techniques standards pour culture pure. N’apparaît guère l’idée de diversifier les espèces à cultiver, ni de les associer éventuellement, ni surtout de raisonner à l’échelle des systèmes de production pour associer des systèmes de culture aux fonctions complémentaires. C’est pourtant ainsi, nous l’avons vu, que se pratique l’adaptation. Pas d’allusion non plus aux modèles agricoles à promouvoir et à la place que l’agriculture familiale pourrait y avoir. Aucun recul par rapport à la doxa du libre-échange et de ses effets sur des agricultures inégalement dotées en moyens de production. Quant aux contributions volontaires rédigées par les États à l’occasion de la COP 21, elles se présentent souvent comme très générales et non régionalisées. Les expériences de terrain montrent qu’il est illusoire de concevoir des solutions uniques et qu’il faut cibler des actions à partir des savoir-faire des agriculteurs et des dynamiques locales (ce que préconisent d’ailleurs les experts du Giec) et non s’y opposer comme l’a fait, par exemple, la politique de villagisation en Tanzanie. La puissance publique doit favoriser l’accès des agriculteurs aux ressources qui localement s’avèrent être les plus nécessaires. Mais pas n’importe comment. Les différents exemples de grande hydraulique abordés dans l’ouvrage pour lutter contre la sécheresse et/ou réguler les crues montrent que cette politique peut aller à l’encontre des capacités d’adaptation des paysans si elle n’est pas accompagnée de mesures visant à favoriser un accès le plus juste possible aux ressources nécessaires à l’adaptation (exemple du delta du Mékong).

En définitive, quels modèles promouvoir : celui des exploitations familiales, avec, comme nous l’avons vu, une tendance au glissement vers des fermes patronales utilisant en partie de la main-d’œuvre salariée ou encore celui des firmes que nous avons vu émerger ? En effet, comme le disent les trois auteurs, face au changement climatique, on n’échappe pas à ce questionnement politique. On ne peut se contenter de proposer des modifications techniques comme le font beaucoup d’instances internationales sans changer le système économique. Les auteurs, on l’aura compris, prônent le modèle familial. Pour ce qui est de l’adaptation, à la fin de cet ouvrage, la cause nous semble entendue. Reste cependant à montrer aux États du Sud comme du Nord qu’accroître la vulnérabilité des exploitations familiales au profit d’autres modèles pour nourrir à bas coût une population urbaine en croissance est une politique de très court terme. D’autres arguments en faveur de l’exploitation familiale, esquissés en conclusion, sont encore à bâtir autour de l’atténuation du changement climatique, la sécurité alimentaire, le plein emploi… Bref, le bien commun.

François Papy
(Directeur de recherche honoraire, Inra, Grignon, France)
papy.francois@numericable.fr

La démocratie des chimères. Gouverner la biologie synthétique

Sara Angeli Aguiton
Bord de l’eau, 2018, 247 p.

Le livre de Sara Angeli Aguiton (CNRS, Centre Alexandre-Koyré) s’adresse tout particulièrement à ceux qui s’intéressent aux biotechnologies et à leur impact sur la société. Issu d’une thèse de doctorat, l’ouvrage s’avère relativement facile à lire malgré le choix d’une écriture inclusive, ce qui est une gageure pour un texte de cette longueur. Plus spécifiquement, l’auteure a porté un regard croisé sur les trajectoires de recherche et développement de la biologie de synthèse (ou biologie synthétique) en France et aux États-Unis. Apparue dans les années 1970, remise au goût du jour dans le courant des années 2000, la biologie de synthèse renouvelle le génie biologique et la biologie moléculaire en faisant appel aux principes de l’ingénierie. Elle doit permettre de reproduire en laboratoire des mécanismes biologiques utiles à l’innovation technologique. Les ingénieurs-chercheurs modifient le génome de micro-organismes (bactéries, levures, champignons…) afin de leur permettre de fabriquer eux-mêmes (de synthétiser) les molécules nécessaires à la création de nouveaux produits. Les principes de l’ingénierie garantissent la standardisation de briques biologiques élémentaires pouvant ensuite être assemblées entre elles et permettant ainsi une production à bas coûts. Le champ d’application est considérable et couvre un nombre important de domaines, de l’agroalimentaire à la pétrochimie.

En sociologue des sciences, S. Angeli Aguiton nous fait revivre les débats technico-scientifiques qui ont accompagné la mise en place du marché de la biologie de synthèse. Elle nous fait suivre un nombre considérable d’acteurs et d’institutions et retrace deux programmes de recherche concurrents aux États-Unis. Le premier, le « programme technicien » de Drew Endy, assistant professor au MIT, vise à rompre avec les pratiques de la biologie moléculaire et le génie génétique en définissant un ensemble de briques de base, comme lorsqu’on standardise l’écrou et le boulon afin de permettre par la suite de bricoler par assemblage de multiples applications. Ce programme, minoritaire, vise à la fois à accélérer le processus de production de la connaissance biologique en « apprenant en faisant », sans réduire le champ de l’innovation biologique aux domaines qui ont une rentabilité financière immédiate. Conçu dans les coulisses du MIT, il rejoue dans le domaine de la biologie moléculaire des logiques d’action qui ont accompagné le développement d’Internet (patronage militaire, production open source, organisation horizontale…). C’est en suivant ce programme qu’ont pu, par la suite, se développer des collectifs de makers, non directement issus des institutions de recherche publiques, valorisant dans des laboratoires de fortune un do-it-yourself biologique. Le deuxième programme qu’elle appelle industriel, porté par le chercheur James Collins (MIT), se focalise sur des applications industrielles de premier plan (médicaments, biocarburants, semences…). Il s’agit cette fois de prendre un avantage compétitif mondial dans ce domaine prometteur des biotechnologies en facilitant les passerelles entre la recherche publique et la recherche privée et en promouvant la figure du scientifique-entrepreneur. Ce deuxième programme, moins en rupture avec les pratiques antérieures, recueillera largement le soutien des milieux industriels et politiques. Les enjeux financiers sont considérables, mais se posent également des questions éthiques, notamment celle portant sur la brevetabilité du vivant.

En France, la situation est plus confuse. La rhétorique du retard français et la nécessité de ne pas louper le virage des biotechnologies aboutiront à soutenir le modèle entrepreneurial tout en permettant à des institutions publiques de développer leurs programmes de recherche de biologie synthétique. Certaines institutions (le Centre de recherches interdisciplinaires [CRI] puis le Génopole) et certains acteurs (comme Philippe Marlière) tiennent une place prépondérante dans la reconnaissance du domaine scientifique. La biologie de synthèse est un moyen pour certains chercheurs de valoriser – ou de recycler – leurs propres programmes de recherche et c’est tout l’intérêt de la sociologie des sciences de retracer ces formes de traduction dans la production de nouvelles connaissances et le développement de nouveaux marchés. Ici aussi, le modèle industriel l’emporte largement dans un environnement institutionnel plus éclaté et moins grandiose qu’il ne l’est aux États-Unis.

Le principal intérêt du livre de S. Angeli Aguiton est d’interroger le rôle des sciences sociales dans les choix technologiques. On comprend à demi-mot que l’auteure porte un regard critique sur la mise en œuvre de la biologie de synthèse qui fédérerait les intérêts technico-industriels du politique et de l’industrie. Le titre de l’ouvrage, emprunté au collectif critique Pièces et Main d’Œuvre (PMO) qui parle de « chimère politique de la démocratie technique », insiste sur ce jeu de dupe. La chimère est un organisme biologique possédant des cellules d’origines différentes. C’est aussi dans la mythologie grecque un monstre malfaisant à tête de lion, corps de chèvre et queue de serpent. C’est encore, dans le sens courant, un projet irréaliste et bercé d’illusions. Ainsi, l’ensemble des politiques de régulation portées par les institutions publiques semble, sans faire obstacle aux intérêts financiers et industriels, uniquement destiné à éviter deux écueils : la mise en œuvre d’une contestation sociale et la récupération de ces procédés par le bioterrorisme. Pour le montrer, l’auteure a pris place, en tant que spectatrice, dans l’Observatoire de la biologie de synthèse en France. En fait d’observatoire, il s’agit d’un dispositif regroupant des chercheurs en sciences sociales et des institutions impliquées dans la biologie de synthèse, et des associations citoyennes. Son but est d’instituer autour de cet objet technologique un dispositif de « démocratie technique » suivant en cela les préconisations formulées au début des années 2000 par Yannick Barthe, Michel Callon et Pierre Lascoumes dans leur livre éponyme6. Le but de ces auteurs était de réfléchir à des procédures dialogiques qui permettent d’éliminer les asymétries de pouvoir et les positions trop clivées en symétrisant la parole des profanes et celle des experts. Disons-le d’emblée, ce forum sera un échec, perturbé par les militants contestataires, « Les Chimpanzés du futur », proches du collectif PMO. Car les chimères sont aussi celles des sciences sociales, du moins celles qui s’attachent à avoir leur mot à dire dans les développements technologiques en promouvant différentes méthodes de recherche-action allant de la participation à des projets technologiques à la promotion d’un débat public et pluraliste sur les innovations technologiques. De fait, les tenants de la critique chercheront à rapprocher la biologie de synthèse d’initiatives antérieures, comme la production en plein champ d’OGM ou les nanotechnologies, qui ont fait l’objet de fortes contestations sociales. La promotion par l’association Vivagora du syntagme « organismes génétiquement fabriqués » participe de cette tentative de rapprochement. Les chercheurs du Génopole tentent au contraire de déconstruire cette filiation en montrant que le programme de biologie synthétique et les OGM n’ont que très peu de présupposés en commun.

Une lecture plus généreuse de l’échec de ce que S. Angeli Aguiton appelle « la nébuleuse science-société » est néanmoins possible. Elle désigne par là le réseau d’acteurs en sciences sociales, les militants d’associations et les administrations qui partagent ce topos participatif, même si les déclinaisons théoriques et pratiques sont parfois très différentes. L’échec de l’Observatoire est à la fois dû à des erreurs stratégiques de ses membres et à un environnement politique et institutionnel peu favorable. L’une des difficultés est que l’Observatoire, malgré son nom, ne proposait aucune vision synthétique des projets de biologie de synthèse alors en cours en France et en Europe. Mais surtout, l’organisation du forum était découplée du processus de décision politique, alors même que les conclusions de précédents débats avaient été totalement ignorées par les gouvernements qui les avaient eux-mêmes initiés. Dans ce contexte, l’accusation « d’acceptologues » par les tenants de la critique radicale trouve des points d’appui. Le forum est mobilisé comme une arène médiatique par les promoteurs de la biologie synthétique qui la désertent aussitôt pour d’autres scènes lorsqu’ils estiment que l’exposition dessert leurs intérêts. À l’abri des regards, la biologie de synthèse a poursuivi son développement sans encombre. Pris entre deux feux, les chercheurs en sciences sociales ont-ils été instrumentalisés par les partisans de la biologie synthétique ? L’argument est un peu court, et on aurait aimé que la chercheuse en sciences sociales poursuive l’analyse en mettant en perspective la difficulté du débat avec la transformation de l’action politique depuis vingt ans. Le développement d’Internet, la lutte pour l’attention et l’affaiblissement de la représentation politique ont poussé nombre de groupes militants à des actions médiatiques parfois virulentes (vidéos diffusées sur Twitter, actions « coup de poing »…) dans un contexte mondial où la délibération régresse. Les faucheurs volontaires au début des années 2000 ou Act up dans les années 1990 ont été les précurseurs de ce type d’actions qui se sont avérées très efficaces. Dans ces conditions, et sans un soutien politique fort et crédible, promouvoir une arène dialogique relève de la prouesse. Peut-on en déduire, comme le suggère l’auteure, que tout projet de démocratie technique est forcément vain ? Les cas limités et contextualisés sur lesquels repose l’analyse nous invitent à plus de prudence. L’histoire d’Internet nous a montré que les rapports de force ne sont jamais figés et les initiatives citoyennes souvent inattendues. D’autres liens et d’autres innovations démocratiques peuvent apparaître. L’enjeu est d’importance : ce n’est rien moins que la légitimité des sciences sociales et des conditions d’existence de la démocratie dans les sociétés technicisées dont il s’agit.

Emmanuel Kessous
(AgroParisTech, Université Paris Saclay, UMR9003 LISIS, Paris, France)
emmanuel.kessous@agroparistech.fr

Arpenter le paysage. Poètes, géographes et montagnards

Martin de la Soudière
Anamosa, 2019, 381 p.

L’auteur est bien connu pour son ethnographie subtile et poétique, en particulier sur son observation des paysages, des saisons et du temps qu’il fait. Mais dans ce livre, comme le sous-titre l’indique, il fait un pas de plus, en plaçant la poésie en tête des références invoquées. Il ancre son anthropologie du sensible dans le récit de ses propres premières expériences familiales, qu’il déroule ensuite à travers une polyphonie de témoignages et de références scientifiques et artistiques. Ce livre testament déroule donc tout à la fois la propre entrée de l’auteur en paysage, de l’enfance à l’âge adulte, et une analyse sensible des regards des autres – regards croisés des maîtres et spécialistes du paysage – écrivains, peintres, photographes, géographes, montagnards ou ethnologues d’hier et d’aujourd’hui. L’auteur confie d’ailleurs ne s’être lui-même mis en scène dans cet ouvrage qu’à l’insistance des éditeurs. Son thème majeur, présent dès l’exergue et repris en boucle en conclusion, est celui de l’enrichissement par le regard des autres et du lien profond entre ce que l’on est et ce que l’on voit et appréhende par le corps et les sens. « Le seul véritable voyage », pour Martin de la Soudière comme pour Marcel Proust, c’est : « De voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d’eux voit, que chacun d’eux est. » Les récits et analyses sont en outre émaillés de cartes dessinées à la main, de reproductions de livres de classe, de photographies de la famille de la Soudière ou de photographes, d’extraits de cahiers de vacances, sans oublier la couverture d’un guide touristique des Pyrénées de 1950. Trois index permettent au lecteur de se repérer aisément.

Les deux premiers chapitres de ce livre, « Entrer en Pyrénées » et « Grandir avec les montagnes », sont donc le récit de l’entrée en paysage de l’auteur dans la maison de vacances familiale des Pyrénées. Montagnes vues de loin, nommées dès qu’elles sont aperçues, puis présumées, désirées et espérées, imaginées et rêvées, de la maison située au bas du pays d’en haut. Nous suivons tout d’abord le père les nuits de pleine lune quand, nanti de son bâton noueux, il emmène le soir la fratrie faire une petite marche, tout en la commentant, « humant l’ambiance de la nuit ». Tout au long de ce livre, l’auteur cherche le mot juste pour qualifier chacun de ses déplacements. Lors de ces « petits tours » il s’agissait de « baguenauder » comme le disent les dictionnaires anciens, en empruntant « un circuit inscrit presque officiellement sur notre carte coutumière », de faire un pèlerinage en revenant sur les traces de l’année passée. De la Soudière ne prend pas ces analogies à la légère, comparant un peu plus tard l’incessante circulation des enfants autour de la maison aux prières ambulatoires qu’étaient les anciennes processions catholiques ancrées dans un territoire. L’inscription dans la lignée paternelle passe aussi par la transmission des anecdotes en lien avec les promenades, comme celle où le grand-père de l’auteur, éminent latiniste, incite durant une promenade son fils à ouvrir son Ovide et à le traduire dans le texte, d’où la plaisanterie familiale reprise chaque année tout en marchant sur les pas du grand-père : « Pierre, ouvrons notre Ovide ». J’ai moi-même travaillé en tant qu’anthropologue avec des peuples chasseurs de l’Arctique, et cette transmission du territoire, sur plusieurs générations, son incorporation, sans oublier sa part plus animiste, la transmission de l’esprit des lieux, me rappelle celle que j’ai rencontrée chez ces peuples. Il est frappant de constater que la transmission de la propriété de la maison de campagne peut être vue comme mineure : l’héritage du pays et des liens ancestraux qui en font partie est beaucoup plus important et s’est perpétué dans nos sociétés qui ne sont pas seulement modernes.

Après les premiers petits tours de l’enfant suivant son père, il s’agit de grandir et de faire des « promenades » de plus en plus ambitieuses, véritables rites de passage arbitrés par les grands frères qui prennent le relais du père. Les marches du petit Martin progressent en longueur et difficulté du chemin au fur et à mesure de sa progression en âge. Conduit par ses grands frères, il acquiert « son brevet de 3000 m » à 14 ans, devenant alors à ses propres yeux un véritable alpiniste. Les références à l’enfance reprennent dans le chapitre 5, intitulé « Géographes en herbe », où sont convoqués également les voix de Roland Barthes, Gilles Lapouge, Pierre Bergounioux ou Saint-Exupéry. L’élève Martin excelle en géographie, à l’école tout d’abord, puis à l’Institut catholique de Paris. Aux professeurs abbés succède un professeur chanoine, obsédé des détails, des petits pays (tous français ou proches), microrégions et confins, et du vocabulaire classificatoire des reliefs qui, loin de rebuter le géographe débutant, le font rêver et l’invitent au voyage. Puis toujours aux confins de l’imaginaire et de la rigueur scientifique obsessionnelle, M. de la Soudière décline ses terrains de chercheur : le Massif central, les Causses et la Margeride, « hauts plateaux incultes, hantés par les loups, battus par les tempêtes », où rôdait autrefois la bête du Gévaudan. Il rassemble un florilège de citations qui toutes désignent « l’une des contrées les plus tristes de l’Europe » […] « où les voyageurs se perdent dans la neige ». La pauvreté, la notion de désert et de vide humain sont ressassées par les géographes du XIXe comme du XXe siècle. L’auteur souligne que paradoxalement ces mêmes déserts deviendront des lieux patrimoniaux et hautement touristiques, les caractères mêmes qui étaient fustigés devenant aujourd’hui une garantie d’authenticité et de spiritualité. En tant que chercheur spécialiste de l’Arctique, j’ai croisé avec mes collègues les mêmes contrastes, et la littérature foisonne d’exemples de déserts hostiles et de lieux dits sinistres où pourtant les peuples autochtones ont vécu pendant des millénaires. Pour construire leur propre image héroïque, les explorateurs n’ont de cesse de souligner la stérilité, la pauvreté, les conditions dramatiques dans lesquelles ces malheureux peuples vivaient, et qu’ils ont eu le courage de partager, courage dont nous, lecteurs, devrions leur être reconnaissants. Mais au-delà de cette héroïsation du paysage et de ses vainqueurs ou de cet intérêt esthétique pour ce qui n’est ni luxuriant ni ensoleillé toute l’année, reste une notion que curieusement M. de la Soudière n’aborde pas. Si la « wilderness » et ses dérivés ont eu tant de succès ici et outre-Atlantique, c’est aussi parce qu’ils nous permettaient de contraster culture et sauvagerie, pour ne pas dire « peuples primitifs » et peuples savants et raffinés, grandiose nature d’autrefois et dégradation d’aujourd’hui, en entonnant la voix de la nostalgie. De plus, comme l’a magistralement montré Roderick Nash dès 1967, l’origine biblique du terme wilderness (traduit par désert) et de cette notion aux riches connotations est aux origines mêmes en Amérique de la protection de la Nature. Le Wilderness Act de 1964 fut en effet la loi fondatrice qui encore aujourd’hui influence la pensée écologique. Et quand on connaît de plus l’importance de la notion de « désert » pour les protestants des Cévennes, le terrain dont nous parle ici de la Soudière, il paraît difficile d’oublier la richesse sémantique qui se cache derrière les lamentations sur le caractère désertique des Causses. À la fois refuge et sanctuaire, le désert est aussi le lieu où l’on se recueille. Aujourd’hui encore l’Assemblée du Désert, qui réunit des protestants du monde entier le premier dimanche de septembre autour du Musée du Désert, commémore la résistance des camisards lors des guerres de religion.

Pourtant, même dans les chapitres où l’expérience de l’auteur tient un rôle central, l’autoanalyse (on pense à Freud, qui fonda ainsi une discipline, ou à Proust pour l’autofiction) n’est qu’un tremplin pour élargir le propos à une sociologie comparative théorique d’une grande finesse. Nous apprenons, par exemple, à quel point l’altitude des hauts lieux vaincus par les alpinistes et les promeneurs est toute relative. Que l’on soit à 290 m, point culminant du département en Vendée, à plus de 3 000 m dans les Pyrénées, plus de 4 000 dans les Alpes ou l’Atlas marocain, plus de 5 000 dans les Andes, plus de 8 000 dans l’Himalaya, où les sommets de moins de 3 000 m sont des « hills », des collines, ces distinctions ont les mêmes effets. On est toujours récompensé par cette vision du monde à nos pieds. L’auteur nous explicite aussi tout le mal qu’il pense du passage sociétal de la flânerie au sport, tournant cet engouement sociétal en dérision grâce à l’ethnolinguistique. La « randonnée », nous apprend-il, vient de l’expression de vieux français « courir à randon » qui signifie très vite, jusqu’à l’épuisement. En contraste, les promenades n’ont nul besoin de « techniques sportives de marche » : ni marche « nordique », ni « afghane » ou « consciente », elles ne sont pas non plus des « treks ou autres trails » qui nécessitent un « géocoaching ». Ce dont il parle avec subtilité ce n’est pas, même quand il s’agit d’escalade en montagne, de l’exploit. Certes tout sommet se mérite, sa conquête exaltante nous rapproche du ciel, mais plus que d’aboutissement il est question ici de cheminement, de sa part contemplative, sensorielle et imaginaire, ou, d’un point de vue sociologique, de l’entrée dans la confrérie liée à chaque sommet. En témoignent les « voies » et sommets nommés d’après leurs découvreurs, ou du moins ceux qui souvent grâce à l’écrit sont passés à la postérité, que l’auteur érudit cite. Sont également évoqués au cours des pages le poète géographe anarchiste Élisée Reclus, son cousin Franz Schrader, des écrivains comme Fernando Pessoa, Giono, André Dhôtel ou Julien Gracq, tous hommes d’un seul lieu. Gardiens de territoire, ces figures veillent sur un seul lieu, « des hauts lieux de proximité ». Un chapitre est consacré à ce titre à Jean-Loup Trassard, écrivain-paysagiste territorial plutôt que régionaliste, « ethno-poète » du bocage de la Mayenne, qui aime à donner de la profondeur aux lieux en en racontant leur histoire. Pour donner un exemple de la richesse des références à d’autres regards qui est une constante dans ce livre, citons quelques-uns de ceux évoqués à propos de Jean-Loup Trassard : Françoise Dubost, Pierrik Bourgault, Kenneth White, Michel Deguy, Michel Serres, Miguel Torga, Guy Féquant, Bernard Plossu et Depardon. Le régionalisme invite à l’internationalisme, le très local a une portée universelle. On traverse ainsi la littérature, la photographie, la philosophie, la géopoétique, la paysannerie et la bourgeoisie ! Parler de soi pour parler des autres, parler des autres pour évoquer les points communs, les divergences, les regards, un peu à la manière d’une conversation savante, ou de celle que Proust mena en littérature, telle est l’entreprise de cet ouvrage. Sans oublier les biotopes, les montagnes, les ruisseaux et les fleuves, les bocages, les saisons, et les sous-sols explorés par les taupiers, autant de personnages avec qui on commerce avec plaisir.

Julien Gracq, écrivain agrégé d’histoire, fait partie du Guide bleu géopoétique de M. de la Soudière et bénéficie à ce titre d’un chapitre. Est citée cette belle formule de Jean-Louis Tissier : « Les géographes n’ont jamais eu le monopole de la géographie7 ». Le chapitre suivant est consacré aux « géographes de plein vent » selon l’expression de Lucien Febvre. Après Mao Zedong, s’illustrent les ancêtres : Paul Vidal de La Blache, Élisée Reclus, puis les savants naturalistes qui marchaient pour établir des aires de répartition, Charles Flahault, le baron explorateur Alexander von Humboldt. Après les géographes, vient l’évocation du rapport au terrain des ethnologues, qui conduit l’auteur à s’interroger sur la persistance de cette notion quasi mythique du « terrain » aujourd’hui.

Nous ne pourrons aborder ici tous ceux qui ont droit à leur chapitre ni rendre compte de la richesse de cet ouvrage. Mais nous ne pouvons qu’inciter les chercheurs en tous genres, et particulièrement les lecteurs interdisciplinaires de NSS, à suivre les chemins de traverse et les voies erratiques de ce géo-ethnopoète érudit. Il réussit en effet à nous jeter sur tant de pistes que le plaisir de l’exploration durera bien après la lecture de l’ouvrage : des pistes poétiques certes, mais également théoriques, qui nous permettront de bénéficier de son érudition sans jamais nous ennuyer. On peut se servir de cet ouvrage pour aller vers une transdisciplinarité qui n’exclut aucune forme artistique, tout comme d’un véritable bottin de références en tous genres sur tous les thèmes abordés dans le champ interdisciplinaire du paysage.

Marie Roué
(Directeur de recherche émérite, CNRS, UMR7206 [Espp], Paris, France)
roue@mnhn.fr

Le sacre de la nature

Bertrand Sajaloli, Étienne Grésillon (Eds)
Sorbonne Université Presses, 2019, 402 p.

Le point de départ de ce foisonnant ouvrage collectif, placé sous la direction de deux géographes (Bertrand Sajaloli, Université d’Orléans et Étienne Grésillon, Université de Paris, Ladyss) est l’observation des investissements émotionnels considérables dont la « nature », perçue comme gravement menacée par les entreprises prométhéennes des hommes, fait actuellement l’objet dans les sociétés de haute modernité. Un second constat, qui justifie le titre donné au livre, est la proximité du vocabulaire utilisé pour exprimer ces investissements avec un lexique religieux, qui mobilise, dans des sens au demeurant très divers, la référence au « sacré ». On parle de « sacrilège » pour désigner les crimes commis contre la nature ; on en appelle à la « sanctuarisation » d’espaces sauvages soustraits à l’emprise humaine ; on désigne comme « sacrées » les lois de la nature dont le viol compromet la survie même de l’humanité, etc. Cette manière de traiter de la « nature » comme d’une réalité ou d’une entité « sacrée » peut n’être qu’une commodité de langage indiquant, par analogie avec les désignations religieuses de la transcendance, une manière de dire l’absoluité des lois de la nature, ou plus modestement, l’urgence absolue de préserver celle-ci. Elle peut aussi correspondre à l’émergence d’une véritable religiosité de la nature, diffractée dans des contenus croyants variés, et d’autant plus intéressante à explorer qu’elle émerge dans des sociétés modernes que Max Weber disait « rationnellement désenchantées » par l’hégémonie de la raison scientifique et technique et par la longue affirmation de l’affranchissement (réalisé ou encore à espérer) de l’individu par rapport aux contraintes de son environnement naturel. La question posée, dans tous les cas de figure, est celle des processus par lesquels les craintes actuelles pour la pérennité de notre environnement naturel reconduisent des sociétés humaines « sorties de la religion » à activer, de différentes manières, une affinité élective entre l’idée de « nature » et la notion de « sacré ».

Avec sagesse, les deux directeurs de l’ouvrage se sont gardés de prescrire a priori des définitions des deux termes à mettre en relation. Tout au plus, s’agissant de la « nature », se sont-ils attachés à préciser qu’eux-mêmes l’entendaient, en géographes, comme un espace modelé par des processus biophysiques, eux-mêmes façonnés à des degrés divers par les actions anthropiques (p. 14, note 2). Mais ils ont choisi de laisser les contributeurs, selon la diversité de leurs ancrages philosophiques et disciplinaires, déployer une palette d’approches différentes qui sont autant de points de vue pris sur cette « nature ». S’agissant du « sacré », l’entreprise définitionnelle aurait été encore plus risquée. On sait, même si « le sacré » – érigé en substantif – a connu une fortune considérable du côté de la phénoménologie pour dire l’« essence » supposée de la religion, qu’il s’agit d’un artefact sociologique forgé par Durkheim pour désigner un type spécifique d’expérience collective : celle de l’« émotion des profondeurs » que lui-même plaçait au principe purement social de la religion. On sait, par contre, que toutes les cultures, prises dans des contextes biophysiques et sociohistoriques variés dans le temps et dans l’espace, ont toujours désigné – à travers les religions – des objets, des personnes, des divinités, des lieux, des textes, etc. comme étant « sacrés », c’est-à-dire absolus, intouchables, immuables, inviolables ou séparés, échappant, en tout état de cause, à la condition ordinaire et contingente des réalités humaines. Plutôt donc que d’interroger, en risquant de prolonger à l’infini le jeu facile de l’analogie religieuse, le rapport des constructions contemporaines de la nature à un « sacré » substantif, indéfinissable en tant que tel, les directeurs de l’ouvrage ont déplacé le questionnement. Ils ont fait de l’exploration des constructions religieuses de la nature, elles-mêmes inséparables de la partition qu’elles établissent entre des réalités sacrées et d’autres qui ne le sont pas, le fil rouge de leur entreprise.

La première partie de l’ouvrage s’attache principalement au dossier complexe du christianisme. Cette insistance sur ce dossier allait d’elle-même tant le christianisme, relayé par les Lumières, a contribué à former la matrice culturelle occidentale articulée par la séparation entre l’humain et la nature : une séparation, d’inspiration aristotélicienne et thomiste, qui fait de celle-ci un objet bon à connaître, à dominer et à faire valoir. Mais l’intérêt du propos est aussi de mettre en évidence la tension entre différentes visions chrétiennes de la nature, correspondant à la pluralité des constructions théologiques et spirituelles de la Création et du rapport de l’homme à son Créateur : celle en particulier, dont le Cantique des créatures de François d’Assise est l’emblème, qui souligne la solidarité de tous les éléments inanimés, animés et vivants de la Création unifiée dans la louange divine. Longtemps délaissée au profit de la perspective thomiste, cette vision intégrative du rapport de l’humain à la nature retrouve aujourd’hui, sous des formes religieuses ou sécularisées, une nouvelle pertinence.

La seconde partie, plus comparative et riche d’illustrations concrètes, entre dans le vif des pratiques de l’environnement naturel et des espaces que suscitent, encouragent ou prescrivent les différentes traditions religieuses. Dans la ligne de la géographie culturelle et religieuse inaugurée par Élisée Reclus et déployée par Pierre Deffontaines et Paul Claval, elle explore la manière dont les paysages, tant du côté de l’Occident judéo-chrétien que du côté de l’Afrique et de l’Asie, portent, de multiples façons, l’empreinte des traditions religieuses qui y sont implantées. Si la référence un peu artificiellement unificatrice au « sacré, fabrique du paysage » donne son titre, par commodité, à cet ensemble de contributions, celles-ci donnent avant tout à voir – et c’est là tout leur intérêt – la diversité des sources et des modalités de ce travail pluriel des religions dans la matérialité des espaces naturels concernés : un travail, toujours inscrit dans l’épaisseur d’une histoire, qui construit et reflète à la fois la manière dont les communautés humaines se les approprient concrètement.

L’insistance sur le caractère socialement construit des deux termes mis en relation – la nature d’un côté, le sacré de l’autre – prend enfin tout son relief dans la troisième partie qui traite directement des logiques de sacralisation, de désacralisation et de resacralisation des espaces, des lieux ou de la nature comme telle, à travers lesquelles des groupes humains construisent, déconstruisent ou réorganisent le répertoire des absoluités donnant un sens à leur vivre ensemble : comme le montrent efficacement la plupart des contributions, les enjeux de ces recompositions sont politiques et sociaux autant que religieux et symboliques. Il n’y a d’autre « sacralité de la nature », in fine, que celle que des sociétés singulières ne cessent de lui prêter, de lui retirer ou de lui restituer sous de nouvelles formes religieuses ou séculières, dans le temps et l’espace où elles sont inscrites.

Cette dernière observation est d’une sociologue des religions. Il est improbable que tous les auteurs du volume y souscriraient sans hésiter. On remarque d’ailleurs au fil de la lecture, que l’idée d’un « sacré » majuscule, transcendant la diversité des cultures et des sociétés, fait retour en plus d’une occasion. Mais cette incertitude théorique participe, à certains égards, du projet du livre. En effet, avec le souci d’offrir « un tableau vivant et diversifié de la sacralité de la nature », les deux directeurs de la publication n’ont pas seulement choisi de laisser jouer, selon les choix des auteurs, la polysémie du terme « sacré ». Ils ont également laissé s’y exprimer quelque chose des relations spirituelles que certains de ceux-ci entretiennent eux-mêmes avec la nature. À la pluralité des points de vue disciplinaires – des sciences sociales à la théologie – ils ont laissé s’ajouter une part d’expression subjective, dont ne témoigne pas seulement la contribution d’un poète identifié comme tel. Loin d’amoindrir l’intérêt de l’ouvrage, ce parti pris l’enrichit d’une forme de débat épistémologique implicite, bien accordé à la complexité insondable des questionnements que suscite l’insaisissable notion de « sacré ». On formulera seulement un petit regret : celui de ne pas disposer (à l’exception des cinq participants au débat ouvrant la première partie) d’une brève mais systématique présentation des auteurs permettant de mieux évaluer la diversité de leurs approches.

Danièle Hervieu-Léger
(École des hautes études en sciences sociales, Paris, France)
daniele.hervieu-leger@ehess.fr

La question des échelles en sciences humaines et sociales

Sébastien Boulay, Sylvie Fanchette (Eds)
Quæ/IRD Éditions, 2019, 160 p.

Ce dense petit livre de 160 pages propose une approche interdisciplinaire des échelles en sciences humaines et sociales. On le sait, l’« échelle » est une notion périlleuse, péril qui n’est pas sans rapport avec les réflexions d’Augustin sur le temps – qui savait ce que le temps était quand il n’y pensait pas mais se trouvait incapable de dire ce qu’était le temps quand il considérait la question sérieusement. Les échelles renvoient à plusieurs types de problématiques bien connues. La première pose à l’échelle la question de son contenu : correspond-elle au niveau d’occurrence pertinent d’un observable ? Ou à une modalité d’observation ? En d’autres termes, l’échelle est-elle une réalité ontologique ou une réalité gnoséologique ? Si, d’autre part, les échelles existent (ce qui reste débattu), comment sont-elles articulées ? Sont-elles emboîtées, comme aime à la dire la géographie classique ? Ou organisées différemment ? Enfin, la question du bon usage des échelles se pose de manière particulièrement aiguë au sein des activités scientifiques, ou de gestion de l’environnement. À quoi servent-elles ? Comment s’en servir ? Faut-il s’en méfier ? Ces questions constituent un champ d’interrogation classique en géographie, mais aussi en sociologie, en histoire et en anthropologie : toutes ces disciplines se posent la question de la bonne échelle.

C’est ce que rappelle l’introduction de Sébastien Boulay, qui présente un état très interdisciplinaire de la question. Elle insiste sur les différents types d’échelle, dont la primauté varie selon les disciplines : échelles spatiales, temporelles, mais aussi les échelles comme principe de généralisation (des entités individuelles aux collectifs composés). À ce chapitre introductif succèdent huit chapitres et une conclusion qui présentent autant de cas d’étude de la manière dont les échelles interviennent comme objet ou comme cadre de l’observation scientifique. La plupart de ces cas portent sur des thématiques vives (réfugiés et réseaux diasporiques, protection de l’environnement, inégalités sociales et pauvreté) sur des terrains dans les Suds – sans d’ailleurs que cette localisation préférentielle ne soit thématisée. On ne saura pas s’il existe des échelles spécifiquement méridionales (ou septentrionales). Une présentation des auteurs aurait également été utile : elle aurait permis de mieux comprendre d’où ils parlent.

L’ouvrage présente plusieurs nouveautés, revendiquées ou implicites. La première nouveauté est de considérer sérieusement les échelles comme des produits historiques, sujettes à des formes de péremption. Le développement de réseaux qui ne possèdent pas d’échelle mais une topologie, comme Internet, permettent, de manière inédite, des interactions rapides à distance. Les auteurs insistent sur la transformation des échelles entraînée par ces développements technologiques : ils permettent l’émergence de nouvelles organisations spatiales (réticulaires davantage qu’aréolaires), de nouvelles configurations temporelles reposant sur des régimes de lenteur et de simultanéité plutôt que sur la succession. On retrouve dans les chapitres de la troisième partie des considérations intéressantes sur l’articulation entre les dynamiques de mondialisation, les nouvelles technologies de la relation et la création de nouvelles spatialités – à propos des trajectoires de migrants dans le Nord mauritanien (Jocelyne Streiff-Fénart, Philippe Poutignat), des diasporas maliennes dans le Sahara (Nadia Belalimat) ou des villages d’artisans au Viêtnam (Sylvie Fanchette).

Une deuxième particularité du livre est de thématiser la manière dont les échelles, dans la mondialisation, deviennent des objets politiques. Les chapitres de la deuxième partie résonnent avec les intuitions fondatrices d’Anna Tsing dans son grand livre Friction8, qui montrait comment la mondialisation se déployait à partir de connexions globales, mais en même temps fragiles, non planifiées et souvent problématiques. Ici, c’est moins la connexion que l’échelle qui est thématisée et politisée. Dans son chapitre sur l’économie politique du lait entre Nord Bénin et Europe, Riccardo Ciavolella montre comment un même produit – le lait – fait l’objet d’un traitement politique extrêmement différencié suivant les régions et les échelles de régulation, suivant aussi le régime de surproduction ou de sous-production dans lequel il s’inscrit. Le chapitre de Laure Hadj sur la mesure de la pauvreté en Nouvelle-Calédonie montre comment l’échelle de collecte des données, et donc, de production de résultats sur les niveaux de pauvreté dans les trois provinces calédoniennes, est investie d’une signification politique forte dans le contexte du « rééquilibrage » territorial institué par les accords de Nouméa en 1998. Marie-Christine Cormier-Salem illustre, dans un chapitre qui intéressera particulièrement les lectrices et les lecteurs de NSS, la « prise en compte des échelles dans les politiques de conservation de la biodiversité » dans le delta du fleuve Sénégal. Elle montre de manière convaincante comment la « solidarité territoriale » amène à problématiser et à expliciter les échelles auxquelles doit se faire le gouvernement des socioécosystèmes.

Enfin, le livre revient sur l’usage des échelles dans le dialogue interdisciplinaire. Les auteurs argumentent de manière convaincante que l’explicitation de leurs échelles permet de créer un espace de dialogue et de collaboration entre les disciplines. Le chapitre de Lena Sanders, par exemple, montre comment l’échelle intervient dans l’heuristique de la modélisation des systèmes de peuplement dans la longue durée (et notamment de leurs transitions) : l’échelle est directement liée à l’ontologie retenue pour la définition de ce qu’est un système de peuplement. En discutant des échelles, archéologues, historiens, géographes et démographes explicitent la manière dont leurs objets font système. Dans un autre chapitre, Lama Kabbanji et Laurent Drapeau couplent des méthodes mobilisant des échelles différentes (la télédétection satellitaire et le traitement de données statistiques) pour donner une cartographie inédite de la distribution spatiale des migrants et des réfugiés syriens au Liban : « Le croisement des données et des échelles d’analyse spatiales et temporelles peut permettre de pallier le manque de sources disponibles et fiables afin d’éclairer la dynamique des déplacements forcés » (p. 40).

L’ensemble de ces contributions constitue un livre de très bonne facture, dense, bien édité. Il ne prétend pas clore le débat sur les échelles, mais éclaire l’usage contemporain de la notion et en établit, comme le précise l’un des éditeurs, « un bilan prospectif » (p. 9). Il ouvre aussi, comme l’indique S. Fanchette dans la conclusion, à des questionnements sur « la compatibilité des échelles d’analyse entre sciences environnementales et sciences humaines et sociales » dans un contexte de changement global.

Romain Garcier
(ENS Lyon, UMR5600 EVS, Lyon, France)
romain.garcier@ens-lyon.fr


1

La mission Archorales a été créée en 1995 au sein de l’Inra pour collecter et transcrire les témoignages oraux des personnalités en retraite de l’institution.

2

Corcuff P., 2012. Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs, Paris, La Decouverte.

3

Ces thèses de P. Corcuff ont donné matière à un débat dans la revue SociologieS (10 novembre 2014).

4

Je paraphrase ici P. Bourdieu, 1977. « Une classe objet », Actes de la recherche en sciences sociales, 17-18, 2-5, article cité par E. Pibou, et aussi par P. Corcuff dans sa postface.

5

Les auteurs rappellent au passage que la sobriété émerge dans les années 2010 (au Québec ?). Les auteurs ne reconstruisent pas cette émergence…

6

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y., 2001. Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, éditions du Seuil.

7

Tissier J.-L., 1981. De l’esprit géographique dans l’œuvre de Julien Gracq, L’Espace Géographique, 10, 1, 50-59.

8

Tsing A.L., 2005. Friction: an ethnography of global connection, Princeton/Oxford, Princeton University Press.


© NSS-Dialogues, Hosted by EDP Sciences 2020

Licence Creative Commons
This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License CC-BY-NC (https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, excepted for commercial purposes, provided the original work is properly cited.

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.